Méthode d'élevage (1)



Le chardonneret élégant, Carduelis carduelis, est un oiseau qui passionne bon nombre d'éleveurs de la faune européenne. Son élevage n'est pas pour autant des plus simples. Dans la nature c'est un oiseau grégaire assez agité et très turbulent, les sujets d'élevage sont cependant relativement calme. C'est, néanmoins, un des rares spécimens qui allie beauté et luminosité dans sa diversité de couleur avec un chant qui fascinera plus d'un néophyte avertie.

Les oiseaux sont logés par couples dès le mois de novembre dans des boxes de 2 x 1 x 2 mètres (Longueur x largeur X Hauteur). Son alimentation est composée essentiellement de têtes de chardon d'où il prélève les graines en utilisant son bec comme une paire de pinces. Cette plante est cueillie début septembre avant l'arrivée des migrateurs, et stockée dans des sacs papier dans un endroit bien au sec. Les graines mi-mûres de pissenlit et d'onagre sont pour lui des mets très appréciés ainsi que le laiteron, le séneçon, la chicorée sauvage et bien d'autres plantes sauvages que je leur distribue au fil des saisons.
Le mélange de graines comprend environ 70 % d'alpiste et les 30 % restant sont composés de périllat blanc et brun, salade blanche et noire, niger, œillette bleue, plantain, chicorée et de petit chènevis que j'ajoute avec parcimonie. En période d'élevage un mélange de quelques pâtées additionnées de vers pinkis et autres vers de farine complète l'alimentation, le grit et l'os de seiche sont donnés en permanence.




Les nids sont accrochés en hauteur et dissimulés dans des bouquets de résineux. Trois nids pour un couple , la femelle choisira celui qui lui assurera la plus grande tranquillité et le plus de sécurité. Quatre à cinq œufs seront pondus, parfois six. L'éclosion aura lieu le 13ème jour après le dernier œuf. C'est à ce moment là que le mâle fera l'objet de toute mon attention car celui-ci peut, éventuellement, jeter les jeunes hors du nid pour reconquérir sa partenaire.

Le baguage s'effectuera à partir du 6ème jour et les juvéniles prendront leur envol à quinze jours environ. C'est le mâle qui assure l'intendance de sa progéniture pendant que la femelle construira un second nid pour recommencer une nouvelle nichée. En ce qui me concerne, je ne fais faire que deux tours à mes protégés, c'est en effet ce qui se passe dans la nature sauf incident.

Le sevrage reste un moment à surveiller, mais celui-ci se passe généralement sans trop de problème. La période de mue peut réserver bien des surprises, en effet celle-ci doit être préparée et suivie avec la plus grande attention car les futurs reproducteurs dépendront en priorité de cette période des plus délicate.

Malgré ces quelques difficultés c'est pour moi un oiseau merveilleux, chaque nouvelle saison de reproduction reste une aventure que j'attends toujours avec beaucoup d'impatience et surtout avec la plus grande espérance.

MORENO Guy
Eleveur capacitaire.